Imprimer cette page

Les greffes osseuses d'apposition


Après l’extraction d’une dent, le volume osseux de la zone édentée peut diminuer rapidement. Cette diminution risque de rendre difficile, voire impossible, la mise en place d’implants dans cette zone. En cas de volume osseux trop faible, un petit fragment d’os peut être apporté à ce niveau pour augmenter ce volume et permettre la pose de l’implant.

Zones de prélèvement du greffon

Si le volume d’os à prélever est relativement faible, les sites de prélèvement privilégiés sont le menton et la zone située au niveau des molaires inférieures. Si le volume d’os à prélever est très important, l’os peut être prélevé sur d’autres zones, notamment au niveau du crâne.
Toutefois, ce geste est invasif, et nous préférons le réserver aux zones nécessitant un grand volume à greffer.
Nous utilisons également avec succès la technique de la greffe allogénique ou greffe d'os de banque : il s'agit d'un morceau d'os de donneur humain vivant (en général, un morceau de tête de fémur prélevé lors de la pose d'une prothèse totale de hanche) qui est parfaitement stérilisé grâce au procédé Supercrit©

Petit apparté sur la méthode supercrit :
Principe général
Diverses méthodes de traitement ont été développées dans le but de dévitaliser le tissu osseux. Elles associent généralement un solvant des graisses à un traitement oxydant.

Dans les procédés classiques, le solvant (chloroforme ou acétone) est indispensable pour dégraisser le tissu osseux qui contient de nombreux adipocytes dans ses cavités médullaires. La présence d'une grande quantité de lipides entraîne une mauvaise mouillabilité du tissu, empechant ou genant l'action des oxydants aqueux.
Leur diffusion dans le tissu osseux étant limitée, le volume des fragments osseux pouvant etre traités avec efficacité est faible. Par ailleurs, l'utilisation de ces solvants dégraissants peut laisser des résidus toxiques indésirables.

A contrario, le procédé Supercrit® de BIOBank est une méthode basée sur la délipidation du tissu osseux par un fluide non toxique, le CO2 àl'état supercritique, associée à une oxydation chimique des protéines résiduelles contenues dans les pores du tissu spongieux.
L'objet de ce procédé, outre l'inactivation virale, est d'éliminer les graisses, les débris cellulaires et les protéines médullaires afin de laisser la structure organo-minérale du tissu osseux, composée d'apatite carbonatée et de collagene de type I, parfaitement préservée.
L'ostéoconduction peut alors se faire dans les meilleures conditions possibles.

Schéma de fonctionnement

Le procédé Supercrit®, breveté mondialement, utilise le CO2, élevé à une température de 50°C et à une pression supérieure à 260 bars.
Il atteint ainsi un état "supercritique" de fluide intermédiaire entre liquide et gaz. 
Il possède alors des propriétés de solvant et un pouvoir de diffusion exceptionnels lui permettant d'assurer une délipidation complète quel que soit le volume de la tête fémorale.
Produit naturel, le CO2 ne laisse aucun résidu toxique.

Plate-forme technologique

Sans titre19Les tissus sont préparés par lots de plusieurs pièces en respectant scrupuleusement l'identification de chaque unité. Aucun "pooling" n'est réalisé au cours du procédé.
Entre chaque opération, un contrôle visuel systématique des tissus est effectué par un responsable qualifié. 

Toutes les manipulations sur les tissus se déroulent dans un laboratoire spécialement étudié pour le traitement aseptique des tissus. 

La plate-forme technologique est constituée de salles blanches à atmosphere contrôlée, d'une surface totale de 250 m², équipées de matériels spécifiques de haute technicité.
Un personnel formé et qualifié met en oeuvre toutes les étapes du procédé BIOBank a l'exception de la stérilisation gamma.

Mise en place du greffon

Le fragment d’os prélevé est mis en place à l’aide de vis d’ostéosynthèse. Pour que le greffon se soude à l’os receveur, une période de 4 mois d’attente est habituellement nécessaire. Les implants peuvent alors être mis en place et les vis d’ostéosynthèse sont en général retirées à ce moment.
Chez les patients non fumeurs, le taux de succès de ces greffes est élevé. En revanche, de très nombreuses complications ont été rapportées chez les fumeurs, ce qui pousse la plupart des chirurgiens à ne pas leur proposer cette technique.
Capture décran 2012-11-22 à 08.01.44

Tabac et greffes d’apposition

Chez les patients non fumeurs, le taux de succès de ces greffes est élevé. En revanche, de très nombreuses complications ont été rapportées chez les fumeurs, ce qui pousse la plupart des chirurgiens à ne pas leur proposer cette technique.

Suites opératoires

Comme après toute intervention chirurgicale, un œdème, un léger saignement et un hématome peuvent apparaître. Dans tous les cas, le suivi de la prescription et des conseils de votre chirurgien est impératif.